dimanche 21 octobre 2018

Le plus grand peintre du 21ème siècle serait … une imprimante 3D ?

Depuis le 5 avril et jusqu’au 9 juillet le Grand Palais nous propose de découvrir l’exposition « Artistes & Robots ». Une exposition qui présente essentiellement des œuvres d’art réalisées par des artistes utilisant les nouvelles technologies, l’intelligence artificielle et bien évidemment les robots. On en vient alors à questionner le rôle de l’artiste ainsi que notre conception de l’art. L’occasion pour l’équipe de Lifestyl3d de revenir sur les projets mêlant art et impression 3D.

L’impression 3D : le nouveau terrain de jeu des artistes

Designers, architectes, stylistes, nombreux sont les artistes qui se sont penchés sur la fabrication additive pour réaliser leurs projets.

Nous vous avions déjà parlé de Nervous System et de leurs robes Kinematic Petals ou bien encore du designer Patrick Jouin dont les créations 3D printed ont été présentées dans bon nombre de musées et de galeries d’arts de par le monde.

Ici, l’impression 3D se voulait l’outil de la création, le moyen pour l’artiste de donner corps à sa vision. Or depuis quelques temps et avec les progrès de l’intelligence artificielle, les « machines » seraient désormais dotées d’un sens artistique et pourraient donc produire leurs propres chefs d’œuvres.

A se demander si le prochain grand nom de l’art contemporain ne pourrait pas être une imprimante 3D.

The Next Rembrandt : le plus grand faussaire de tous les temps

En 2016, l’agence de publicité J Walter Thompson dévoilait « The Next Rembrandt ». Un portrait qui semble tout droit sorti de l’atelier du maître de l’art baroque européen. Tout y est, le style, les couleurs, le coup de pinceau et pourtant cette peinture est l’œuvre d’une imprimante 3D.

artiste

Ce projet surprenant aura demandé 18 mois de travail à une équipe mêlant historiens de l’art et ingénieurs. Ces derniers ont  ainsi mis au point un logiciel unique et un algorithme de reconnaissance faciale pour analyser les scans 3D de plus de 300 tableaux de Rembrandt.

Ce logiciel a alors pu déterminer les caractéristiques propres à l’artiste et a été en mesure de générer ce portait, qui a ensuite été imprimé en 3D, afin de recréer la texture d’un vrai Rembrandt.

Une copie plus vraie que nature

La même année, les ingénieurs de Verus Art mettaient au point un scanner 3D très haute définition capable de capter à la perfection les couleurs et les textures afin de pouvoir reproduire des peintures le plus fidèlement possible.

Le Musée des beaux-arts du Canada a été le premier à se prêter au jeu et permit la numérisation et l’impression de 12 œuvres parmi lesquelles figurent des Van Gogh des Monet ou bien encore des Cézanne. Et d’après les experts, les résultats pourraient vraiment prêter à confusion. Si le cœur vous en dit vous pouvez même faire l’acquissions d’une de ces peintures en déboursant entre 400 et 4000 euros.

On touche avec les yeux ?

Afin de faire profiter les malvoyants des peintures des grands maitres, plusieurs musées ont également eu recours à l’impression 3D afin de reproduire des œuvres d’arts en relief.

artiste

C’est le cas du musée Prado en Espagne qui proposa ainsi de toucher les créations de Greco, Gentileschi et de José de Ribera.

Une idée qui sera reprise quelques temps plus tard par le musée du Belvédère à Vienne afin de présenter le célèbre « Baiser » de Klimt.

Une initiative remarquable qui nous l’espérons trouvera bientôt sa place dans tous les musées.

Articles associés

Mycelium Shoe
Avec les Mycelium Shoe, la mode et le design se mettent à vos pieds
2018, l’année des sneakers imprimées en 3D ?
Danit Peleg invente le shopping 3D printed