lundi 10 décembre 2018

Stop à la souffrance animale grâce à la fausse fourrure imprimée en 3D

Cette semaine, Donatella Versace a enfin décidé de bannir la fourrure de ses collections. La maison milanaise emboite ainsi le pas à d’autres grandes maisons telles qu’Armani, Hugo Boss ou encore Gucci.

A l’heure où l’éthique commence à prendre une place importante dans le monde de la mode, on ne peut que saluer cette initiative qui marque un tournant majeur dans le rapport qu’ont les marques de luxe à la souffrance animale.

Cette annonce fut l’occasion pour l’équipe de Lifestyl3d de se pencher sur les solutions que pourrait apporter l’impression 3D en termes de fourrures synthétiques.

Vers de la fausse fourrure plus vraie que nature

L’industrie de la fourrure pèse plus de 35 milliards d’euros. Pour répondre à cette demande croissante, près de 56 millions d’animaux sont abattus chaque année.

Certes, la fourrure, au-delà de son esthétisme, présentent des caractéristiques techniques intéressantes. En particulier ses propriétés thermiques. Et oui il est vrai qu’actuellement les alternatives synthétiques ne sont pas encore criantes de réalisme.

fausse fourrure

Exemple d’application de la technologie Cilllia – Crédit : Tangible Media Group

Aussi, des chercheurs du département Tangible Media Group de l’Institut de technologie du Massachusetts (MIT) se sont penchés sur la question afin d’apporter une alternative plus satisfaisante.

L’impression 3D de poils est désormais possible

Dénommée Cilllia, cette nouvelle technologie d’impression 3D est capable de produire des poils d’une finesse allant jusqu’à 50 microns de diamètre. Le logiciel permettant de programmer l’impression est également en mesure d’assigner à chaque poil des caractéristiques spécifiques, telles que la direction, l’épaisseur et la longueur.

Pour l’instant, cette technologie a été développée dans l’optique d’une application orientée smart-textile. Plus particulièrement à des capteurs tactiles. Cependant, cette avancée permettrait également d’imprimer de la fausse fourrure écoresponsable.

Cette fausse fourrure pourrait ainsi reprendre l’ensemble des caractéristiques de la fourrure naturelle, voir même la surpasser. Il ne reste plus qu’à espérer une utilisation à grande échelle de cette nouvelle technologie pour enfin mettre un terme à l’utilisation de fourrure animale.

Articles associés

Un village imprimé en 3D … sur la Lune !
chewing-gums
Maintenant, même les chewing-gums s’impriment en 3D !
MoSculp
Les athlètes ont eux aussi recours à l’impression 3D