samedi 18 novembre 2017

Impression 3D et industrie automobile, une affaire qui roule …

La voiture de demain sera électrique, c’est certain. Mais il est également fort probable qu’elle soit produite par des imprimantes 3D. Le futur est déjà en marche…

Comme nous avons pu être naïf de croire que l’impression 3D et l’automobile ne se rencontreraient qu’en de rares occasions, pour produire des pièces détachées, quand on voit que les premiers véhicules intégralement imprimés sont déjà en passe d’être mis sur le marché. Définitivement, une nouvelle révolution industrielle est en marche..

L’impression 3D et l’art du « Think Big ! »

Nous l’avions évoqué précédemment, l’impression 3D permet d’ores et déjà de réduire drastiquement les stocks de pièces détachés des industriels, automobile inclus.

On sait d’ailleurs que le célèbre présentateur américain Jay Leno, grand amateur d’automobile, utilise depuis 2008 l’impression 3D pour produire des pièces de rechanges pour ses véhicules de collection. Pour ce faire il dispose d’un scanner et d’une imprimante 3D métal de chez Stratasys, ce qui a son importance, mais nous y reviendrons plus tard.

jayleno

Ce n’est donc pas pour rien que fin 2015 il fut choisi pour tester la première voiture quasi intégralement réalisée par impression 3D : la Strati de Local Motors.

Avec la Strati, Local Motors avait prouvé dès 2014, lors de l’International Manufacturing Technology Show (IMTS) de Chicago, que l’avenir de la production automobile passerait par l’impression 3D. En effet, comme le souligne le dirigeant de cette entreprise basée à Phoenix, John B. Rogers, Jr, cela fait plus de 100 ans que l’industrie automobile produit les voitures de la même façon. Une nouvelle révolution industrielle s’imposait.

Vers la production de véhicules ON DEMAND

En démontrant la performance de l’impression 3D dans un monde régis par des chaines de productions lourdes et couteuses, Local Motors en a fait rêver plus d’un avec sa voiture produite en seulement 44 heures et pesant moitié moins lourd qu’une voiture traditionnelle.

strati

Cette première concrétisation de la voiture « 3D printed » nous laisse plus qu’enthousiaste quant à l’évolution de l’industrie automobile dans son ensemble.

Grâce à l’impression 3D, les marques pourront bénéficier d’une production moins lourde en terme d’équipement et de stockage mais également moins polluante. De plus, en produisant les modèles à la demande, on imagine qu’elles pourront prendre plus de risques en terme de design sans craindre l’échec commercial et ainsi renouveler leurs gammes plus fréquemment. Et tout cela en diminuant les coûts.

On comprend mieux pourquoi des professionnels de l’impression 3D comme Stratasys mise beaucoup sur le secteur automobile, comme on peut le découvrir sur le site internet de la marque.

Vers l’infini et au-delà

Mais ce n’est pas fini ! Local Motors va encore plus loin aujourd’hui en nous présentant Olli, un véhicule imprimé en 3D totalement autonome. La marque cherche aujourd’hui à réinventer le transport urbain grâce à ce minibus sans chauffeur qui pourra, grâce à son intelligence artificiel made in IBM venir vous chercher au coin de la rue en mode Uber. Les premiers tests vont prendre place à Washington DC, puis à Miami, deux villes connus pour leurs embouteillages monstres.

Des machines qui fabriquent des machines qui pensent toutes seules, la science-fiction n’aura bientôt plus lieu d’être avec Local Motors …

Articles associés

De l’urine pour alimenter nos imprimantes 3D ?
L’impression 3D et la lutte contre le cancer du sein
ARks 3D lance une collection de bikinis sexy et écolo imprimés en 3D