samedi 18 novembre 2017

La NASA se lance dans la production d’objets imprimés en 3D Made in Space !

La première imprimante 3D pouvant fonctionner dans un environnement zéro gravité vient de faire son entrée dans la station spatiale internationale. Créée par l’entreprise Made In Space, nous vous expliquons pourquoi cette avancée technologique va révolutionner la vie des astronautes…

En quoi imprimer en 3D dans l’espace serait différent de ce qui se passe sur notre bonne vieille planète ?

La réponse est bien simple … La gravité pardi ! La fabrication additive (ou impression 3D pour les intimes) est soumise à la pesanteur. Cela permet aux différentes couches de se superposer sans dévier de leurs trajectoires tout en assurant leur adhérence.

Autre problématique, les émanations produites par la fonte des fils plastiques. Tolérables dans un environnement maitrisé, elles le sont beaucoup moins au sein d’une station orbitale. Enfin la température, il semblerait que là-haut on n’aime pas trop les fortes chaleurs, sécurité oblige.

En définitif, une imprimante 3D lambda n’est tout simplement pas adaptée à une utilisation spatiale.

L'imprimante 3D Zero-Gravity. Crédit : Made in Space

L’imprimante 3D Zero-Gravité. Crédit : Made in Space

C’est pourquoi les ingénieurs de l’entreprise Made in Space ont mis au point une machine contournant ces problèmes. Après avoir testé leur imprimante lors de vols paraboliques, qui permettent de récréer des conditions de microgravité, ils ont proposés à la NASA de tester leur prototype le plus abouti. Résultat : les astronautes en sont fans !

A quoi peut bien servir une imprimante 3D dans l’espace ?

Sans grande surprise une station spatiale ça s’entretient. Le problème c’est qu’on ne sait jamais à l’avance ce qui va lâcher. C’est pourquoi la NASA, avec tout le bon sens qui la caractérise expédie des tonnes de pièces de rechanges, juste au cas où. Mais cela a un coût : 10 000 dollars par kilo pour être précis. Et ce n’est pas tout, ces pièces de rechanges doivent supporter le voyage, qui comme vous l’imaginez n’est pas de tout repos. En résulte un bon nombre de kilos supplémentaires, inutiles une fois sur place, pour s’assurer que tout cela arrive intact.

L’impression 3D devient donc une évidence. Production à la demande, matériaux légers, moins de stock donc plus de place. Que des avantages. Et pour aller plus loin, la NASA et Made in Space planchent déjà sur la possibilité de fabriquer des satellites au sein de la station spatiale internationale, d’où ils pourraient ensuite être lancés. Bref de sacrées économies en perspectives et des activités divertissantes pour les astronautes.

Passez vos commandes auprès de l’usine de l’espace !

Cerise sur le gâteau, Made In Space prépare une seconde imprimante afin de produire depuis l’espace des objets pour les particuliers. Certes, cela s’adresse en priorité aux étudiants et aux chercheurs, mais dans l’absolu vous pourrez vous aussi avoir votre bibelot du cosmos …

Articles associés

De l’urine pour alimenter nos imprimantes 3D ?
Amazon mise sur la modélisation 3D pour booster ses ventes
L’impression 3D et la lutte contre le cancer du sein