INTERVIEW : Lu-net, la lunetterie passe à l’impression 3D

Toujours à l’affut de jeunes créateurs utilisant l’impression 3D, l’équipe de Lifestyl3d a fait la rencontre de Charles Dagneaux, le créateur et directeur de Lu-net. Une nouveau service qui vous propose de créer des montures de lunettes pas comme les autres.

Opticien-lunetier de métier, Charles Dagneaux fait figure de précurseur dans l’impression 3D de montures. Déjà à l’origine d’Optimaker, un logiciel permettant de modéliser des lunettes sur-mesure, il renchérit en 2014 en créant Lu-Net une plateforme vous permettant de créer vos montures personnalisées et de les imprimer depuis chez vous.

Après avoir essayé vos montures imprimées par vos soins, le site vous propose une mise en relation avec des artisans lunetiers afin qu’ils réalisent vos lunettes sur-mesure. L’objectif de la plateforme est avant tout de promouvoir le savoir-faire des artisans lunetiers. Vous trouverez ainsi plusieurs modèles customisables créés par les partenaires de la marque.

Autant dire que ce projet va vous permettre de donner libre court à votre imagination…

Comment est né le projet Lu-net ?

Passionné par l’impression 3D et sa profession, Charles Dagneaux a rapidement vu l’intérêt de cette nouvelle technologie pour les opticiens. Il va donc développer un logiciel permettant de modéliser et de personnaliser des montures, Optimaker. S’en suit la mise en place d’un atelier de fabrication ouvert à ses confrères, le Frame Lab ainsi que des formations afin de sensibiliser les professionnels à ce nouvel outil.

Lu-net

Crédits : Genay Opticiens // Lu-net

L’impression 3D est ici utilisée à des fins de prototypages. Elle permet de gagner du temps et offre au client la possibilité de tester sa création avant la mise en production. Bien que les solutions de miroirs virtuels soient déjà largement utilisées dans cette industrie, il faut bien reconnaitre qu’avoir une véritable monture entre les mains, même si ce n’est qu’un prototype, permet de mieux anticiper le résultat final.

Pourquoi le sur-mesure ?

Charles Dagneaux : « La plupart des lunettes disponibles sur le marché correspondent à des critères qui rentrent dans des moyennes morphologiques. Ainsi, les 20 à 30 % de personnes ne rentrant pas dans la « norme » se retrouvent avec des lunettes inadaptées voir sans lunettes du tout, faute de trouver chaussure à leur pied. La personnalisation permet de pallier ce problème. »

Lu-net

Crédits : Lu-net

« D’un point de vue esthétique, l’impression 3D permet de réaliser des modèles difficiles à créer avec les méthodes traditionnelles. Cependant, le but de Lu-net est avant tout de permettre au client de créer des lunettes adaptées à sa morphologie. L’impression 3D ne servant qu’au prototypage. En effet, les « vraies » lunettes devront être étudiées par un artisan lunettier. Seul un professionnel peut vérifier qu’elles s’adaptent tant au visage qu’à la vue du client. Leur fabrication quant à elle demandera plusieurs jours. »

Mais pourquoi ne peut-on pas porter des lunettes 3D printed ?

Lu-net

Crédits : Lu-net

Charles Dagneaux : « Bien que les progrès de l’impression 3D soient considérables, il faut bien reconnaitre que le rendu final est moins esthétique qu’avec les méthodes traditionnelles. De plus, les lunettes 3D printed ne répondent pas forcement aux contraintes techniques (robustesse, bon maintien des verres…) et hypoallergénique que les matières traditionnellement utilisées en lunetterie : l’acétate, la corne, le bois… »

Quel avenir pour l’impression 3D chez les opticiens ?

Charles Dagneaux : « L’impression 3D est un formidable outil qui est aujourd’hui largement accessible. Elle peut entrer dans la création de nombreux projets : prototypage, création d’accessoires et d’outils ; ne pas vouloir s’en servir, c’est refuser le progrès. Pour moi, ce qu’on appelle l’industrie 4.0 est en réalité l’artisanat 2.0. L’impression 3D existe depuis plus de 20 ans. La vraie révolution c’est qu’elle devienne accessible à tous et dans tous les domaines. »

Lu-net

Crédits : Bresse Optique // Lu-net

Vous l’aurez compris, l’impression 3D est en phase de devenir un incontournable dans le monde de la lunetterie. Et il fort à parier que de « vrais » lunettes 3D printed feront leur apparition une fois que les problèmes de finitions seront réglés.

Merci à Charles Dagneaux de nous avoir accordé cette interview. Pour plus d’informations nous vous invitons à consulter le site de Lu-net.

Articles associés

ARks 3D lance une collection de bikinis sexy et écolo imprimés en 3D
Jean-Louis Casquette, des bijoux 3D printed 100% Made in France
INTERVIEW : Nora Toure de Women in 3D printing – L’impression 3D au féminin