mardi 20 novembre 2018

Vers la légalisation des armes à feu imprimées en 3D aux USA ?

Depuis la commercialisation des premières imprimantes 3D destinées aux particuliers, la peur de voir se répandre des armes à feu imprimées en 3D n’a cessé de croitre. Ce qui semblait relever de la légende urbaine risque bien de devenir une réalité aux États-Unis…

Le port d’arme aux USA : un droit inaliénable

Dans un pays qui n’est pas épargné par les fusillades de masse et où près de 12 000 morts par armes à feu ont été recensées en 2017, il est toujours difficile de comprendre pour nous autres européens pourquoi les États-Unis restent à ce point attachés à leur 2ème amendement.

Pour rappel, ce texte de loi datant de 1791 garantit à tout citoyen américain le droit de porter une arme afin d’assurer la sécurité d’un État libre. Toutefois, le port d’arme reste soumis à certaines réglementations et plus particulièrement à la détention d’un permis. Malgré tout, plus de 30% des américains possèdent au moins une arme.

Une histoire qui ne date pas d’hier

De nos jours, plusieurs associations, dont la très célèbre NRA, militent ardemment pour conserver ce droit. C’est également le cas du site à l’origine du polémique actuelle autour des armes à feu imprimées en 3D, Defense Distributed.

armes à feu imprimées en 3D

Crédit : Defense Distributed

En 2012, ce site Internet avait proposé en téléchargement des fichiers permettant d’imprimer en 3D une arme semi-automatique. L’État Américain avait immédiatement réagi en interdisant leur diffusion.

Bien décidé à donner accès au plus grand nombre à ces fichiers, l’administrateur du site, Cody Wilson, s’était lancé dans un procès de 3 ans pour obtenir gain de cause. Ce qui nous amène à la décision du 29 juin 2018…

Des armes à feu imprimées en 3D ? No soucy !

Contre toute attente, la diffusion des fichiers a été approuvée. Ces derniers ont alors été mis légalement à disposition le 1er août.

Dès le lendemain, les procureurs généraux de 8 États ont porté plainte contre l’administration Trump afin d’obtenir une injonction interdisant la diffusion des fichiers. La mise en ligne des fichiers de la discorde a donc été suspendue jusqu’à une nouvelle audience prévue le 10 août.

Etonnamment, ni le président Trump, ni la NRA ne soutiennent Cody Wilson. L’association pro-arme rappelant que les armes à feu imprimées en 3D sont indétectables. Par conséquent, leur possession avait été rendue illégale par une loi fédérale de 1988.

Espérons que ces fichiers n’obtiennent jamais d’autorisation de mise sur le marché, même si d’autres fichiers de la sorte circulent déjà sur le dark web. Une affaire à suivre donc …

Articles associés

[Économie circulaire] Consommer autrement grâce à l’impression 3D
L’impression 3D et la lutte contre le cancer du sein
La Foodini : l’imprimante 3D alimentaire arrive en France