vendredi 17 août 2018

Avec Open Meals, ne vous faites plus livrer vos sushis … Imprimez-les !

Imaginez un monde où vous n’auriez plus besoin de cuisiner ou de faire les courses et où vous pourriez imprimer en 3D n’importe quel plat dans le confort de votre doux foyer. Avec Open Meals, ce concept qui semble tout droit sorti d’une œuvre de science-fiction sera bientôt une réalité.

Vers l’alimentation du futur ?

L’impression 3D alimentaire est un concept sur lequel se sont penchées de nombreuses entreprises. Que ce soit Smart Gastronomy Lab et leur imprimante chocolat ou bien encore Natural Machines avec la Foodini, plusieurs solutions de Food printing sont déjà disponibles sur le marché.

Cependant, ces dernières utilisent des combinaisons de matières premières (chocolat, guacamole, purées …) pouvant être extrudées et mises en forme via l’impression 3D. En résumé, ce ne sont pas les imprimantes qui cuisinent à votre place.

L’équipe derrière la start-up japonaise Open Meals, souhaite repousser les limites de l’impression alimentaire en développant une imprimante capable de synthétiser les aliments et mettre en forme des recettes complexes.

La matière première utilisée serait alors un gel qui pourrait être modifié par la machine via l’ajout de colorants, de nutriments, d’arômes et d’agents de textures. Cette dernière serait ainsi capable de reproduire n’importe quel aliment.

Les aliments ne sont que des datas …

Pour réaliser ce tour de force, Open Meals compte développer une base de données de recettes dans laquelle seraient enregistrés tous les aliments nécessaires à leur réalisation.

Pour ce faire, les recettes « traditionnelles » seront analysées sous tous les angles afin de collecter les données relatives à leurs goûts, couleurs, textures et valeurs nutritionnelles. Un scan 3D du plat sera ensuite effectué afin de pouvoir en reproduire la forme.

open meals

Nos bons petits plats pourraient donc se résumer à une série de données.

Une reproduction fidèle au pixel près …

Une fois votre recette choisie, l’imprimante 3D d’Open Meals va passer à la préparation de votre plat. Pour obtenir une reproduction la plus fidèle possible, chaque composant sera imprimé pixel par pixel. Chacun de ces cubes d’1×1 mm ayant leurs propres caractéristiques. Un bras mécanique assurera l’assemblable de ces pixels afin d’obtenir un résultat bluffant de réalisme.

open meal

La première tentative de reproduction d’un plat traditionnel japonais, l’Oden, par Open Meals a ainsi été couronnée de succès.

C’est bien beau tout ça, mais à quoi ça sert ?

L’objectif d’Open Meals est de créer de nouvelles façons de partager ses expériences culinaires. A l’instar des réseaux sociaux où nous diffusons photos et vidéos de nos vies, Open Meal permettrait de partager des recettes avec ses proches via une plateforme open sources.

Ce concept saurait également séduire les chaines de restaurants qui pourraient ainsi se passer de la livraison à domicile. Ou bien les chefs, qui téléchargeraient leurs plats sur la plateforme d’Open Meals plutôt que de proposer des livres de recettes.

Et pourquoi pas carrément envoyez leurs recettes préférés aux astronautes !

C’est en tout cas ce que souhaite Open Meals. Reste à savoir si le plaisir d’un plat partagé entre amis ou en famille peut se résumer à une série de données…

Articles associés

2018, l’année des sneakers imprimées en 3D ?
Une nouvelle façon de manger « healthy » grâce à l’impression 3D
Vos bijoux personnalisés et imprimés en 3D, c’est possible avec Ink3D !