samedi 18 novembre 2017

Payez vos prothèses dentaires 90% moins cher avec l’impression 3D

Si vous avez déjà été confrontés à ce problème, vous le savez les prothèses dentaires coûtent des fortunes. Mais l’impression 3D est en train de révolutionner le marché …

Où en sommes-nous de l’impression 3D dentaire ?

On nous avait annoncé des miracles avec l’introduction de l’impression 3D dans le monde médical. Pour l’instant beaucoup de projets, d’expérimentations, mais nous sommes encore loin d’un déploiement à grande échelle. Sauf dans le dentaire !

En effet, depuis peu orthodontistes et chirurgiens utilisent des imprimantes 3D pour réaliser des modèles anatomiques et des guides pour l’implantologie. Certaines entreprises comme Impant Educators, se sont d’ailleurs spécialisées dans la formation des dentistes à la modélisation 3D et la fabrication additive. Mais jusqu’alors aucune prothèse dentaire en vue.

C’était sans compter sur Arfona, concepteur d’imprimantes 3D et de consommables, et Valplast, fabricant de nylon thermoplastique dentaire, qui viennent d’annoncer la première imprimante capable d’imprimer des prothèses dentaires !

La r.Pod promet de révolutionner le quotidien des dentistes en leur permettant d’imprimer des prothèses amovibles à partir d’une modélisation 3D sans passer par la case laboratoire. Ne vous emballez pas, cela ne concerne que la structure sur laquelle viennent se fixer les dents en céramique. Conçues dans le même matériau que les prothèses traditionnelles, la résine Valplast, ces nouvelles prothèses permettrait aux dentistes de gagner en temps et en précision tout en réduisant leurs coûts. Une bonne nouvelle pour leurs patients.

Cette première étape semble annoncer une nouvelle ère de la dentisterie, aussi les rumeurs vont bon train quant à l’hypothétique introduction d’implants et de couronnes entièrement 3D printed. Mais qu’en pensent les dentistes ?

Le monde de la dentisterie va-t-il vraiment changer grâce à l’impression 3D ?

Évidemment les entreprises spécialisées dans la conception de machines et de consommables défendent leurs paroisses. Du coté des professionnels, les avis sont plus nuancés. C’est pourquoi nous avons rencontré le Docteur Donald Tingey, dentiste esthétique (DT Dental – Melbourne). Et il semble plutôt sceptique quant à l’avenir de l’impression 3D dentaire.

Le Dr Don Tingey

Le Dr Don Tingey

L3D : Avant toute chose, pourquoi les implants dentaires traditionnels sont-ils si cher ?

Dr D.T : Ce qui rend les implants si onéreux, c’est avant tout la R&D qui encadre cette industrie. En effet, le revêtement des implants relève d’une chimie particulièrement complexe. La plupart des laboratoires restent d’ailleurs assez discrets sur la composition des implants. Ce qu’il faut savoir, c’est que ce revêtement doit tout d’abord parfaitement adhérer à la prothèse en titane mais également stimuler la régénération osseuse afin de créer une parfaite assimilation de l’implant dans la gencive.

L3D : Avec la modélisation 3D n’allons pas vers une plus grande précision ?

Dr D.T : Oui et non, encore une fois l’implantologie est plus complexe que le simple fraisage d’un bout de métal. Même si la modélisation peut aider, elle ne pourra jamais se substituer au travail sur mesure réalisé par les dentistes et les laboratoires spécialisés.

L3D : Par conséquent, que pensez-vous de l’avenir de l’impression 3D dans votre domaine ?

Dr D.T : L’utilisation de cette nouvelle technologie est plutôt confidentielle. Au-delà des nouvelles compétences auxquelles elle demanderait de se former (modélisation ; impression), elle n’apporte pas vraiment de plus à notre activité. Certes la rapidité d’exécution et la réduction des coûts semblent à l’avantage des patients, mais certaines choses demandent du temps et de la minutie, la dentisterie en fait partie. Moins cher et plus vite n’ont jamais rimés avec « meilleure qualité ». Aussi je pense que l’impression 3D n’a pas vraiment sa place dans l’implantologie, une spécialité déjà particulièrement aboutie.

Vous l’aurez compris, le Dr Tingey n’est pas un fervent défenseur de l’impression 3D. Peut-être que les implants 3D printed trouveront mieux leur place dans la dentisterie vétérinaire…

Exemple d'implant dentaire 3D printed sur un labrador

Exemple d’implant dentaire 3D printed sur un labrador

Enregistrer

Articles associés

Amazon mise sur la modélisation 3D pour booster ses ventes
L’impression 3D et la lutte contre le cancer du sein
INTERVIEW : Lu-net, la lunetterie passe à l’impression 3D