lundi 16 septembre 2019

L’impression 3D prend son envol au salon du Bourget

L’édition 2019 du Salon de l’aéronautique du Bourget a ouvert ses portes le 19 juin dernier. Parmi les innovations présentées, l’impression 3D est loin d’être passée inaperçue. En effet, une bonne trentaine d’exposants proposants des solutions de fabrication additive pour cette industrie de pointe étaient présents.

Cela fait déjà plusieurs année que l’impression 3D s’est invitée dans nos avions. Mais jusqu’alors, ces pièces (plastiques ou métalliques) étaient plutôt réservées aux parties « invisibles » des avions : moteurs, fuselage etc.

Mais c’était sans compter sur Stratasys, un des leaders mondiaux de l’impression 3D, qui a profité de ce salon pour proposer des solutions 3D printed visant à équiper l’intérieur des cabines.

Des pièces imprimées en 3D dans nos avions : une solution miracle ?

L’impression 3D est une technologie particulièrement intéressante pour les constructeurs et les équipementiers car elle permet de fabriquer des pièces aux structures alvéolées, tout aussi résistantes que des pièces traditionnelles, mais bien plus légères. Et vous le savez, le moindre kilo compte dans l’aéronautique.

Aussi Stratasys, propose désormais de créer toute les pièces autour des sièges et un bon nombre d’accessoires à l’intérieur des cabines.

salon du bourget

Crédit photo : Stratasys

Au-delà de la problématique de poids, l’impression 3D permet également de solutionner des problématiques de coûts. La production des pièces revient moins chère, mais surtout leur maintenance est nettement plus simple. Inutile de commander et de stocker un grand nombre de pièces de rechanges, la fabrication pouvant être assurée à la demande.

D’un point de vue esthétique, Eric Bredin, directeur général de Stratasys, annonce que les pièces imprimées en 3D n’auront plus nécessairement un aspect strié, ce qui demandait des étapes de finitions complémentaires. Il est désormais possible de varier l’aspect des surfaces, d’appliquer des peintures spéciales ou de créer des effets d’imitation. L’objectif étant de permettre à ces nouveaux éléments de se fondre dans le décor.

L’impression 3D semble donc ne présenter que des avantages. D’autant plus qu’en réduisant le poids des avions, on réduit la consommation de kérosène, les rendant au passage moins polluants.

Si en plus cela permettait de réduire le prix des billets alors là, tout le monde serait gagnant.

Articles associés

L’impression 3D d’organes : Fantasme ou réalité ?
Journée Internationale de la Femme : L’impression 3D au féminin
[EXPO] Mutations / Créations : Une nouvelle édition qui met la bio-impression à l’honneur